Retour aux articles

#MaVieMonStage : Cédric nous raconte son stage chez Bpifrance

Ma vie, mon stage : nos stagiaires ont la parole ! Cédric nous décrypte son stage dans la direction du réseau Outre-Mer en tant que Chargé d'études.

Pourquoi avoir choisi d’effectuer ton stage chez Bpifrance ? Dans quelle équipe as-tu réalisé ton stage ? Et concrètement, quelles étaient tes missions ?

 

J’avais évidemment déjà entendu parler de la banque publique d’investissement lors de forums Carrières ou de programmes digitaux de certifications proposés durant mon parcours par mon école, emlyon business school, en partenariat avec Bpifrance. Mais c’est réellement avec la crise sanitaire que nous connaissons actuellement, la prise de conscience des conséquences qu’elle allait exercer sur l’économie et le questionnement sur les moyens à mettre en place pour soutenir les entreprises que je me suis intéressé à l’institution. Il s’avère que mon premier stage de césure en financements structurés à la BNP Paribas m’a permis de travailler en étroite collaboration avec Bpifrance à la suite du premier confinement et de la mise en place de Prêts Garantis par l’Etat (PGE). J’ai alors vite compris que, dans les mois à venir, la banque allait devenir un acteur majeur, voire incontournable, dans la vie économique du pays et dans les moments difficiles qui s’annonçaient. De plus, je nourrissais l’envie pour mon second stage de césure de me rapprocher du terrain et de retrouver la fibre entrepreneuriale que j’ai pu développer à emlyon business school et qui fait également partie de l’ADN de Bpifrance.

 

Une opportunité s’est alors présentée à moi : celle de rejoindre Bpifrance Financement en tant que Chargé d’Etudes au sein de direction du réseau Outre-Mer.

Etant moi-même ultramarin car originaire de la Martinique, j’ai directement été interpelé par l’offre. Il s’agissait là de l’occasion parfaite d’approfondir ma connaissance de l’écosystème de ces territoires tout en apportant un regard légitime et pertinent face aux problématiques rencontrées du fait de ma proximité directe avec les zones étudiées. Voilà, c’est donc principalement grâce à un ancrage territorial fort, et aussi grâce un certain sens de patriotisme, que j’ai décidé de rejoindre Bpifrance.

 

Tout s’est enchaîné et j’ai ainsi rejoint l’équipe d’Odile ADJUTOR, responsable Crédit, au sein de la Direction Outre-Mer, elle-même dirigée par Dominique CAIGNART. Je ne le savais pas encore à l’époque, mais cette direction est assez spéciale, et c’est dans cette particularité qu’elle crée sa force. Contrairement aux autres équipes des métiers du financement (hors Innovation), la direction Outre-Mer n’est pas spécialisée par grand type de produit. Là où d’autres collaborateurs concentrent leurs efforts pour proposer aux clients des différentes régions un produit spécifique (une Garantie, un financement Court-Terme, un produit du Cofinancement), à l’Outre-Mer, nous les proposons presque tous, en répartissant nos efforts par zones géographiques. Les entreprises peuvent alors faire appel à nous pour rencontrer un large éventail de solutions : des Prêts de Développement Territoriaux, des Prêts de Développement Outre-Mer, des Prêts Tourisme, des Garanties, des Subventions à l’Investissement, du Court-Terme, et plus récemment des Prêts Rebond Covid-19 et j’en passe. Notre rôle en tant que chargés d’études est donc d’étudier les demandes des entreprises qui nous sollicitent, économiquement d’une part (marché, activité, business model…) et financièrement d’autre part (analyse des états financiers, prévisions financières) afin de juger de la faisabilité de leurs projets et leur apporter notre aide. Nous formulons par la suite un avis, favorable ou non, dont tient compte un comité de décision interne pour accorder ou non l’accès aux produits proposés. On prend donc en main toute la vie des dossiers, de leur réception à leur étude, jusqu’à la décision finale.  Notons par ailleurs qu’en ces temps incertains, l’objectif est vraiment de redonner un peu de souffle à un maximum d’entreprises qui souffrent de la crise du coronavirus en termes de trésorerie et de visibilité sur leur propre futur. En tant que stagiaires, bénéficier d’autant de responsabilités est incroyable. On se sent vraiment comme de vrais petits artisans de la relance !


Comment décrirais-tu l’ambiance chez Bpifrance ?

Après même pas une semaine passée chez Bpifrance, je me suis directement dit : « Toute la communication autour de cette ambiance optimiste et épanouissante est loin d’être surfaite, bullshit comme on dit, non, leurs valeurs c’est pour de vrai ! ».

 

Effectivement, en plus d’avoir rejoint une équipe bienveillante qui a tout de suite su me mettre à l’aise (spéciale dédicace à Odile), j’ai pu constater que ces bonnes vibes s’appliquaient à toute l’institution, et se retrouvent même dans la déco ! Les collaborateurs sont toujours à l’écoute, les espaces de travail sont pensés et configurés pour favoriser l’échange, et l’exigence du travail bien réalisé prend place dans un environnement à la fois challengeant et agréable. Il y a vraiment une volonté d’être au fait de tout ce qui se passe dans le monde qui nous entoure, c’est assez agréable. Preuve il en est avec la revue de presse quotidienne envoyée par mail à chaque collaborateur, dommage qu’on n’ait pas toujours le temps de tout lire ! Petit plus, un esprit jeune est présent dans les locaux et il y a une très bonne cohésion entre stagiaires (RIP les afterworks déconfinés). 

 Ton stage en 1 mot ?

Le mot qui pour moi résumerait le mieux mon expérience à la Bpi est « impact ».


Déposer votre CV Restons en contact